Montréal se trouve déjà en mode sac intelligent.

La Ville fait un excellent travail à gérer les sacs à emplettes en plastique de sorte que les sacs ne constituent qu’une fraction du flux de déchets à 0,27% et représentent moins de 1 % des déchets sauvages. Plus de 93 % de tous les sacs sont réutilisés et recyclés. Le rendement du programme 3R est exceptionnel – une réduction de plus de 52 % du nombre de sacs distribués, 60 % des sacs sont réutilisés deux fois ou plus et 33 % des sacs sont recyclés.

Les sacs en plastique, une fraction des déchets de Montréal

Plastic Bags, a Fraction of Montreal's Waste

Ce qu’il faut examiner lors du développement d’une politique de sacs

Impact environnemental des politiques sur les sacs

Toute politique intelligente sur la gestion des sacs à emplettes en plastique mince doit examiner la manière dont les gens utilisent les sacs dans leur vie quotidienne; qu’est-ce qui sera utilisé comme produit de remplacement si les sacs sont retirés du marché? Et quel sera l’impact environnemental net à la suite de leur retrait? Les sacs sont une nécessité. Est-ce que la politique profitera ou nuira à l’environnement? En apprendre plus

Réduction – Le nombre de sacs distribués continue à diminuer

Le marché continue de travailler fort pour réduire le nombre de sacs distribués dans la province et le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) a rapporté une réduction de 52 % du nombre de sacs distribués sur le marché québécois alors que les épiceries ont rapporté une réduction de 76 %. Peu importe ce que Montréal fait actuellement, ça fonctionne. En apprendre plus

Réutilisation – Démystifier le mythe de l’utilisation unique

La plus importante erreur faite lors de l’établissement d’une politique sur les sacs est l’hypothèse que les sacs à emplettes en plastique soient des sacs à usage unique alors que, en fait, ce sont des sacs polyvalents à usages multiples avec 60 % ou plus des sacs qui sont réutilisés deux fois ou plus. Quelle est l’utilisation secondaire et est-ce qu’un produit de remplacement générera plus de déchets et plus d’émissions de gaz à effet de serre? En apprendre plus

Recyclage – Les sacs à emplettes en plastique sont recyclables à 100 %

Contrairement aux sacs réutilisables, les sacs à emplettes en plastique mince ne sont pas seulement recyclables à 100 % et recyclés au Québec, mais la plupart ont un contenu recyclable. Plus de 93 % de tous les sacs distribués à Montréal sont réutilisés et recyclés. Plus de 33 % des sacs distribués sont recyclés et peuvent maintenant être convertis en de nouveaux produits écologiques – un marché annuel de deux milliards de dollars. En apprendre plus

Solutions de remplacement – Pour remplacer les sacs en plastique mince

Les solutions de remplacement aux sacs à emplettes en plastique ne sont pas meilleures pour l’environnement. Qu’ils soient en papier, en plastique ou réutilisables, tous les sacs ont un impact sur l’environnement. Certains peuvent être recyclés, d’autres pas. Découvrez pourquoi les sacs non biodégradables constituent une bonne chose. En apprendre plus

Solutions de remplacement – Les sacs réutilisables ne constituent pas la panacée espérée

Bien que les sacs réutilisables fassent un excellent travail à retirer des sacs à emplettes en plastique mince non essentiels du marché, ils possèdent leurs limites puisqu’ils sont fabriqués en Asie alors que les sacs à emplettes en plastique mince sont fabriqués localement et donnent des emplois à beaucoup de Montréalais. Et, plus important encore, les sacs réutilisables ne peuvent pas être recyclés au Québec – il reste à trouver une solution. En apprendre plus

Potentiel de réchauffement planétaire – La science

Bien que les sacs réutilisables font un excellent travail à retirer des sacs à emplettes en plastique mince non essentiels du marché, ils possèdent leurs limites en ce qu’ils sont fabriqués en Asie alors que les sacs à emplettes en plastique mince sont fabriqués localement et donnent des emplois à beaucoup de Montréalais. Et plus important, les sacs réutilisables ne peuvent pas être recyclés au Québec – il reste à trouver une solution. En apprendre plus

Importance économique de l’industrie des sacs à Montréal

Sur le plan économique, personne ne ressort gagnant si les sacs sont interdits. Pour les fabricants de sacs, une interdiction se solderait en fermetures et en pertes d’emplois. Pour les citoyens, cela signifie que les coûts des produits alimentaires augmenteront de 30 à 35 millions de dollars en raison des sacs d’épicerie de 50 microns actuellement proposés. Il en coûtera également plus pour gérer les déchets ménagers, soit une augmentation allant jusqu’à 140 %. En apprendre plus

Les 3R c. les interdits sur les sacs

Quelle stratégie fonctionne le mieux pour une réduction à la source? Nous savons que les 3R sont très efficaces au Québec pour la gestion des sacs et la réduction de leur nombre. Le succès du programme provincial de réduction volontaire et d’éducation du public de 2008 centré sur les 3R, lequel a réduit le nombre de sacs distribués de 52 %, ne fait aucun doute. Le choix de politique publique qui s’est imposé au Canada au cours des dix dernières années a été l’éducation publique et les 3R. Il existe peu d’interdits sur les sacs au Canada. Découvrez pourquoi. En apprendre plus

bannir
Être Monsacintelligent

De quoi est constituée une politique intelligente de gestion des sacs?

Au cours des dix dernières années, plus de 100 communautés et associations du Québec et du reste du Canada ont étudié différentes approches de gestion des sacs à emplettes en plastique. Et toutes ont rejeté les interdits en faveur d’approches fondées sur une participation volontaire et collaborative et centrées sur l’éducation publique et les 3R.

Le programme de réduction volontaire et de sensibilisation du public de 2008 à 2010 constitue un excellent exemple de ce qui fonctionne. Ce programme s’est traduit par une réduction de 52 % du nombre de sacs distribués au Québec en seulement deux ans d’un programme de réduction de cinq ans.

Les politiques fructueuses de gestion des sacs comportent ce qui suit:

  • Le recours à la science et aux faits, plus particulièrement pour les décisions prises au nom de l’environnement;
  • Une compréhension claire de la manière dont les personnes utilisent différents sacs; les sacs constituent une nécessité pratique;
  • Analyse et discussion des conséquences prévues et imprévues de toute politique sur les sacs sur l’environnement, l’économie et la société; quel est le gain environnemental net?
  • Une approche centrée sur le changement de comportement en cours et durable fondé sur l’intendance du produit et les 3R (réduire, réutiliser, recycler);
  • Éducation du public;
  • Coopération et collaboration – gouvernement, industrie, détaillants et consommateurs qui travaillent ensemble.

Soyez Monsacintelligent et écoutez ces conseils :

homepage tip 1
homepage tip 2